15/04/2017

Solidarité avec le Petit Séminaire de Kanzenze (Katanga)

Brève Histoire

 

" C’est au courant de l’année scolaire 1950-1951 qu’un Petit Séminaire va ouvrir ses portes à Kanzenze. On y accueille des jeunes gens du diocèse de Kolwezi grand comme plusieurs fois la Belgique. Durant toutes ces années le petit séminaire dispense une formation latine ou scientifique a des jeunes ayant au plus profond d’eux-mêmes ressentis un appel de Dieu pour devenir prêtre.

Ce rêve s’estompa net, lorsqu’éclata la guerre de 6 jours à Kolwezi, le 13 mai 1978. Tous les prêtres et professeurs laïcs européens de Kanzenze plièrent bagages pour l’Europe. L’Abbé Paul Mbang, alors Directeur du Petit Séminaire et l’Abbé Gabriel Muzuka restèrent seuls responsables avec la multitude des séminaristes. On trouva la solution d’envoyer les séminaristes des années terminales (5e et 6e Littéraires) à Lubumbashi au Collège Imara. Les jeunes séminaristes de Kanzenze renouèrent avec la section Scientifique et ce, jusqu’à ce jour. En 1979 suite aux évènements de Kolwezi, il fallait du sang neuf, c’est dans ce contexte que j’ai eu l’opportunité d’y travailler durant deux ans, comme volontaire de l’enseignement. Mes collègues étaient des prêtres européens revenus après les évènements ainsi que quelques grands séminaristes zaïrois qui venaient y vivre une période de stages de 1 an. Selon les générations, la Terre d’Espoir de Kanzenze vous replonge dans une profusion de souvenirs merveilleux : la messe dominicale enveloppée dans les airs de beaux psaumes et autres cantiques mélodieux de l’Eglise catholique, le sport et le travail manuel exécutés sous un soleil ardent qu’on ne ressentait même plus, des repas et des fêtes mémorables, le chapelet devant La Madonne, parfois il était permis courir à l’étang à quelque deux kilomètres et revenir à temps pour la tâche suivante, la bibliothèque pour tous, le dimanche après la messe où chacun selon ses goûts peut prendre des volumes des livres et Bandes dessinées à dévorer avec avidité (Bob Morane, Tintin, Romans classiques…). Dans ce lieu, point de place pour l’oisiveté ! 

La cloche ponctue tout. Un rythme exécuté à la perfection et dont on se demande maintenant comment on peut mener pareil train de vie exemplaire! Les enseignants, des prêtres ou des laïcs missionnaires. Tous ont perpétué, à leur façon, la tradition du Petit Séminaire de Kan

image1.jpeg

zenze, Terre d’espoir… 

  Aujourd’hui ce beau projet est en péril, car la saison des pluies dernière  a emporté une partie de la toiture des classes et c’est avec foi et espérance que les responsables du petit séminaire tentent d’attirer l’attention sur l’urgence d’une réelle mobilisation pour sauver les bâtiments et permettre ainsi encore à de nombreuses générations de jeunes d’y trouver un lieu de formation et d’éducation pour les préparer à un éventuel engagement dans l’ Eglise de demain.

Alors pourquoi ne pas tenter toi aussi l’aventure de la solidarité… (texte d'un ancien volontaire belge de 1980..;)."

Le doyen Yves Alberty y fut professeur entre 1974 et 1976 alors qu'il était grand séminariste. Une partie de la collecte de Pâques soutiendra le projet de reconstruction (6.000 $). L'école du Hainaut a récolté 1.500€

image2.jpeg

 

 

Commentaires

Merci pour cette évocation et ce souffle d'espérance que nous pouvons partager ensemble.
Deffrasnes Gérard Missionnaire laïc au petit séminaire de Kanzenze de 1979 à1981.

Écrit par : Deffrasnes Gérard | 22/04/2017

Les commentaires sont fermés.